Printemps et problèmes respiratoires


27.03.2018

Préparez-vous ! Avec le printemps d’avantages de problèmes respiratoires peuvent arriver !

Écrit par Dr. David Marlin 

Avez-vous un cheval sujet aux problèmes respiratoires? 

Pour beaucoup de ces chevaux, les choses pourraient empirer. Mais ce n'est pas nouveau, cela arrive tous les ans! 

Pour ceux d'entre vous qui pensent que l'hiver est une mauvaise période pour les problèmes respiratoires chez les chevaux parce qu’ils sont plus exposés à la poussière, aux moisissures et aux bactéries dans la litière et dans le foin, vous pourriez être surpris ! Les premières journées chaudes arrivent et avec elles d’autres problèmes…

INFECTIONS RESPIRATOIRES

Traitons d'abord les infections respiratoires. Ces infections causées par des virus ou des bactéries et parfois des mycoplasmes plus fréquentes chez les jeunes chevaux (- de 4 ans). L'hiver peut être une bonne période pour les chevaux et une mauvaise pour les humains. En hiver, la raison pour laquelle nous sommes plus sensibles aux infections virales (rhume, grippe) et, dans une moindre mesure, d'infections respiratoires bactériennes, est que nous passons plus de temps avec d'autres personnes dans des espaces confinés.

 L’Été, pour les chevaux, le risque est lorsqu’ils quittent les écuries et vont se mélanger à d'autres chevaux. (rencontrés sur les terrains de concours, les lieux de rassemblement…) C’est alors que le risque pour les chevaux en ce qui concerne les maladies infectieuses, et un peu moindre en hiver et plus élevé pendant la saison de compétition.

IRRITANTS RESPIRATOIRES

Il existe également une maladie respiratoire causée par des irritants. Il s’agit là par exemple de l'air froid, c'est pourquoi vous ne devriez pas travailler intensément les chevaux atteints de maladies respiratoires à long terme comme le syndrome d'asthme équin (RAO, également connu sous le nom COPD, Heaves, et IAD) par temps très froid . Les chevaux sont également sensibles aux polluants environnementaux communs tels que les PM10 (provenant des échappements d'automobiles), le SO2 (dioxyde de soufre), le NO2 (dioxyde d'azote) et l'ozone. Si vous avez un cheval sujet aux maladies respiratoires ou à un diagnostic d'asthme équin, il est important de surveiller la pollution et la qualité de l'air et d'éviter de faire de l'exercice au galop et de galoper pendant les jours où la qualité de l'air est mauvaise. 

MALADIES RESPIRATOIRES ALLERGIQUES

Les maladies respiratoires allergiques ont tendance à se manifester chez les chevaux plus âgés et les maladies respiratoires chroniques comme l'asthme équin et le SPAOPD (maladie pulmonaire obstructive associée aux pâturages d'été) se développant chez les chevaux jusqu’à 6-7 ans. Avec une maladie respiratoire allergique, cela peut être un risque toute l'année . Plus de temps passé à l’écurie pendant l’hiver et l'augmentation de l'apport de foin peut augmenter l'exposition aux moisissures, aux acariens et à l'endotoxine bactérienne. Encore une fois, les chevaux plus âgés atteints d'asthme équin en particulier,  peuvent connaître des périodes de crises à diverses périodes de l’année, car ils peuvent être sensibles aux moisissures qui poussent sur les arbres, les cultures et les arbustes et les pollens. 

SIGNES COMMUNS DE LA MALADIE RESPIRATOIRE CHEZ LES CHEVAUX

- La toux

- Décharge nasale au repos et / ou après l'effort (de n'importe quelle couleur et descendant d’une narine ou des deux)

- Augmentation de la fréquence respiratoire

- Effort respiratoire accru

- Flamboiement des narines

- Bruit respiratoire au repos ou pendant l'exercice

- Mauvaise récupération après l'exercice

- Performances généralement inférieures à celles attendues

NE PAS IGNORER MÊME UNE SIMPLE TOUX! 

De tous ces signes, c'est la toux que la plupart des propriétaires de chevaux ignorent. On croit généralement que c'est bon pour un cheval de tousser quelques fois en se réchauffant, or ce n'est pas le cas. Cela indique que le cheval a une maladie respiratoire. Lorsque les humains ont une maladie respiratoire, ils toussent régulièrement et continuellement. Lorsque les gens ne toussent pas, ils sont très susceptibles d'être en bonne santé. Pour les chevaux ce n’est pas la même chose.

Encore faut-il le savoir ! Si les chevaux toussent, ils ont certainement une maladie respiratoire (même si vous entendez seulement une toux bizarre). Mais les chevaux ne toussent pas régulièrement. Des études ont montré que les chevaux peuvent tousser une fois puis 3 heures plus tard tousser 6 fois, puis 12 heures plus tard tousser deux fois, etc. Ils ne toussent pas régulièrement comme les humains. Donc, à moins de monter une caméra vidéo ou de mettre un micro dans l'écurie ou de passer 24h avec votre cheval, vous ne saurez pas à quel point il tousse. 

Si votre cheval ne tousse pas, cela ne signifie pas nécessairement qu'il est en bonne santé et qu'il n'y a PAS de maladie respiratoire. Il existe un certain nombre d'études qui ont invité les propriétaires de chevaux «sains» n'ayant pas de toux à être identifiés. 

Connie Herholz, vétérinaire en Suisse, a invité 60 chevaux de saut d'obstacles et de 52 chevaux de dressage que les propriétaires jugeaient en parfaite santé à venir à sa clinique pour un bilan de santé gratuit. Elle a trouvé une maladie respiratoire chez 53% des chevaux. 

Vétéran Le Dr Colin Roberts, un spécialiste équin de la médecine interne, et moi-même avons évalué 8 chevaux de l'événement britannique sur trois jours, deux mois avant de se rendre aux Jeux olympiques. Tous les cavaliers étaient confiants que leurs chevaux étaient en bonne santé. À la suite de l'endoscopie et des tests de laboratoire (culture bactérienne et analyse cellulaire), 7 chevaux sur 8 ont été traités pour une maladie respiratoire!

Donc…

Les maladies respiratoires peuvent être causées par une infection, des allergènes ou des irritants. 

L'infection est fréquente chez les jeunes chevaux, l'allergie est fréquente chez les chevaux plus âgés. 

Les maladies respiratoires allergiques sont très fréquentes chez les chevaux d'équitation/en compétition. 

Si un cheval tousse, même occasionnellement ou à l'échauffement, il ne doit pas être ignoré et vous devriez en parler à votre vétérinaire. 

C'est toujours une bonne idée d'amener votre cheval au moins 2 semaines avant une compétition majeure ou 3-4 semaines si vos chevaux voyagent plus de 10h par la route ou par avion. 

 

PRINTEMPS! 

Le printemps (février-mars) est une période où il est très fréquent que les chevaux commencent à montrer des symptômes respiratoires tels que la toux ou les sécrétions nasales. Bien que cela soit souvent associé au fait que les chevaux soient montés plus souvent ou travaillent plus fort (ce qui augmente le dépôt d'allergènes et d'irritants dans les poumons), ce n'est pas la raison principale. 

La raison principale est que si les niveaux de pollen et de moisissures sont très bas au cours de l'hiver (de novembre à février), le pollen et les moisissures se développent d’avantages en février / mars. Durant cette période, commence à se développer des pollens de noisetiers, d’ifs, d’ormes, d’aulnes, et, dans une moindre mesure, les saules, les peupliers, les frênes et les bouleaux. Les pollens de graminées ne viennent vraiment qu'en mai-juin-juillet. 

Les pics de pollution de l’air par les moisissures (spores fongiques totales) au Royaume-Uni sont de juin à septembre, avec un pic en juillet. Pour le pollen, il y a des plantes et des arbres qui produisent du pollen de février à octobre! 

De nombreux sites publient un index pollinique qu’il peut être intéressant de consulter.

CONSEILS POUR GERER LES SYMPTOMES RESPIRATOIRES AU PRINTEMPS

Que pouvez-vous faire pour réduire le risque que votre cheval souffre d'une maladie respiratoire ou que votre cheval commence à développer des symptômes respiratoires au printemps, alors que le pollen et les moisissures augmentent et que la pollution de l'air s'aggrave?

Si votre cheval est rentré pendant la nuit ou la plupart du temps, assurez-vous de lui fournir une bonne qualité d’air: foin traité à la vapeur, éventuellement tapis de sol pour limiter la poussière, effectuer une bonne ventilation du bâtiment. Si votre cheval vit dehors et est nourri au foin, il est toujours intéressant de traiter le foin pour limiter l'inhalation de poussière, de pollen, de bactéries et de moisissures.

Les voies aériennes et le tissu pulmonaire des chevaux contiennent des niveaux élevés de vitamines antioxydantes, de vitamine C (principalement dans le liquide qui tapisse les voies respiratoires) et de vitamine E (dans le tissu pulmonaire lui-même). Ceux-ci réduisent l'effet de la pollution qui peut générer des radicaux libres et causer ou aggraver l'inflammation. La vitamine E et la vitamine C aident également à contrôler les «dommages» causés aux poumons par leur propre mécanisme de défense qui sont activés par les moisissures, les pollens, les virus et les bactéries. 

Supplémenter en vitamine E et en vitamine C s'est avéré efficace pour réduire la gravité des symptômes respiratoires chez les chevaux. Si votre cheval présente un risque de développer des symptômes respiratoires au printemps sur la base d'une expérience antérieure, il est recommandé de commencer à complémenter avant l’apparition des symptômes. En ce qui concerne la vitamine C, les suppléments qui contiennent de l'acide L-ascorbique sont très mal absorbés par les chevaux, alors vous devriez chercher un supplément qui inclut l'ascorbyl monophosphate comme source de vitamine C (Deaton, Marlin, Smith et al., 2003). Le palmitate d'ascorbyle est également bien absorbé par les chevaux mais n'est pas particulièrement stable dans les suppléments. 

Les références

Deaton, CM, Marlin, DJ, Smith, Caroline du Nord, Roberts, CA, Harris, PA, Kelly, FJ et Schroter, RC (2003) biodisponibilité pulmonaire de l'acide ascorbique dans une espèce ascorbate-synthétisant, le cheval. Radic Res gratuit 37, 461-467. 

Deaton, CM, Marlin, DJ, Roberts, CA, Smith, N., Harris, PA, Kelly, FJ et Schroter, RC (2002) Supplémentation antioxydante et la fonction pulmonaire au repos et à l'exercice. Vétérinaire équin J Suppl, 58-65. 

Deaton, CM et Marlin, DJ (2004) Un examen des effets de la pollution de l'environnement sur les voies respiratoires équines: considérations pour les Jeux Olympiques d'Athènes 2004. Equine et Comp. Ex. Phys. 1 (3), 171-176.

Deaton, CM, Marlin, DJ, Smith, Caroline du Nord, Harris, PA, Schroter, RC et Kelly, FJ (2004) Supplémentation antioxydante chez les chevaux affectés par une obstruction récurrente des voies respiratoires. J Nutr 134, 2065S-2067S. 

Deaton, CM, Marlin, DJ, Smith, Caroline du Nord, Harris, PA, Dagleish, député, Schroter, RC et Kelly, FJ (2005) Effet de l'inflammation aiguë des voies respiratoires sur l'état antioxydant pulmonaire. Exp Lung Res 31, 653-670. 

Deaton CM et Marlin, DJ (2005) Les espèces réactives de l'oxygène et les antioxydants - une guerre de nutrition. Vet J 169: 7-9. 

Deaton, CM, DJ Marlin, NC Smith, CA Roberts, PA Harris, RC Schroter et FJ Kelly, (2005) Réponses antioxydantes et inflammatoires des chevaux et des chevaux en bonne santé affectés par l'obstruction récurrente des voies respiratoires à l'ozone inhalé. Vétérinaire équin J, 37 (3): p. 243-9.

Deaton, CM, Marlin, DJ, Smith, Caroline du Nord, Harris, PA, Dagleish, député, Schroter, RC et Kelly, FJ (2005) Effet de l'inflammation aiguë des voies respiratoires sur l'état antioxydant pulmonaire. Exp Lung Res 31, 653-670. 

Deaton, CM, Marlin, DJ, Deaton, L., Smith, NC, Harris, Pennsylvanie, Schroter, RC, Kelly, FJ (2006) Comparaison de l'état antioxydant dans les liquides de revêtement épithéliaux trachéaux et bronchoalvéolaires dans l'obstruction récurrente des voies respiratoires. Equine Vet J. 2006 Sep; 38 (5): 417-22.

 

Carte de France
Entreprise basée
dans la Manche
SAS A Cheval
Les Hauts Vents
50800 La Trinité
02 33 58 98 45
Formulaire