Quel est l'impact de l'environnement du box sur la santé respiratoire humaine?


14.02.2018

Écrit par le Dr. David Marlin

Peut-être sans surprise, la majorité des articles sur la santé respiratoire se concentrent sur les chevaux. Après tout, les chevaux peuvent passer de longues périodes en box, surtout l'hiver. De plus, certains chevaux sont au repos au box en raison de blessures et respirent l'air dans l'écurie 24h/7j. Les chevaux qui sont en boxes sont exposés à de fortes concentrations de «poussière» qui peuvent inclurent les spores de moisissures, du pollen, des champignons, des acariens, des bactéries et des virus ainsi que la poussière physique par exemple les plantes, le sable et les particules du sol. Tous ces éléments peuvent être irritants pour les voies respiratoires. De plus, la ventilation peut être un autre facteur,  l'élimination de la poussière présente peut être beaucoup plus longue. Le comportement et l'alimentation ont également un rôle majeur à jouer dans les problèmes respiratoires des chevaux en boxes. En dehors du pâturage, le cheval passe normalement au moins 12h avec sa tête abaissée. Cela sert à dégager les voies respiratoires des poussières inhalées. Cela contraste avec le fait d'être à l'écurie, où la position de tête est élevée pendant 99% de la journée, réduisant le dégagement des poussières inhalées. Ceci combiné avec la production d'ammoniac par les bactéries de l'urée (le produit de dégradation des protéines) excrété dans l'urine et l'environnement du box peut être tout à fait difficile. 

Bien sûr, nous avons la possibilité de gérer la qualité de l'air du box car nous pouvons généralement améliorer la ventilation (ajouter plus de tapis, ouvrir les fenêtres) et/ou réduire la quantité de poussière que nous apportons; 99% de la poussière provient du fourrage, de la litière et de la nourriture que nous mettons dans l'écurie. De même, la quasi-totalité de l'ammoniac dans une écurie provient de la dégradation bactérienne de l'urée dans l'urine. L'urine est stérile et ne contient pratiquement pas d'ammoniac. Elle est produite par des bactéries sur la litière et le sol. La production d'ammoniac est souvent particulièrement élevée pour les systèmes de litière profonde, la plupart des matériaux de litière (à moins qu'ils ne soient chauffés ou traités chimiquement) et les tapis en caoutchouc non scellés où un grand nombre de bactéries vivent entre et sous les attaches. La règle de base est que si vous pouvez sentir l'ammoniac, le niveau est déjà suffisant pour irriter les voies respiratoires ; les vôtres et celles de vos chevaux.

Malheureusement, le cheval est aussi très mauvais lorsqu'il s'agit de nos transmettre qu'il a un problème respiratoire. Lorsque nous entendons une toux occasionnelle ou que nous voyons un peu de mucus nasal, ce n'est souvent que la pointe de l'iceberg. Une fois que nous commençons à enquêter sur les maladies respiratoires possibles, nous constatons presque toujours que les choses sont pires que nous le pensions. Étonnamment, les chevaux avec une maladie respiratoire modérée à sévère ne peuvent montrer aucun signe clinique que ce soit p. ex. toux, écoulement nasal, température, augmentation des bruits pulmonaires, mauvaise performance évidente. Cela tend à nous conduire à un faux sentiment de sécurité et nous pensons que la santé respiratoire de nos chevaux est meilleure qu'elle ne l'est réellement.

Donc, si l'environnement du box peut avoir cet effet dramatique sur la santé de nos chevaux, qu'en est-il de l'effet sur la santé respiratoire humaine ? Nous pourrions imaginer que cet impact serait beaucoup plus faible étant donné que la plupart des propriétaires ne sont pas à l'intérieur des écuries durant plusieurs heures chaque jour ?

L'affection pulmonaire dûe aux allergies est probablement la plus fréquente chez l'humain , celle étant reconnue comme étant causée par le fait d'être entouré d'animaux et travailler en ferme est le poumon de fermier, également connu comme un type de pneumonite d'hypersensibilité (réaction allergique exagérée dans le poumon aux allergènes inhalés). Au Royaume-Uni, il a été estimé que pour toute personne travaillant dans l'industrie agricole et exposée à la mauvaise qualité de l'air le taux de poumon des fermiers est d'environ 420-3000 pour 100 000.Grâce à une meilleure compréhension de la nécessité d'une bonne qualité de l'air et d'une bonne protection respiratoire au cours des dernières années, le nombre de cas de poumon du fermier semble diminuer.

L'exposition à de grandes quantités de foin contaminé est la source la plus communed'exposition par inhalation pour les agriculteurs qui développent le poumon du fermier, en particulier les actinomycètes thermophiles (moisissures ou champignons) qui sont les espèces Saccharopolyspora rectivirgula (anciennement connu sous le nom Micropolyspora faeni), Thermoactinomyces vulgarisThermoactinomyces viridis, et Thermoactinomyces sacchari. Ce sont les mêmes espèces qui sont impliquées dans le développement de la MPOC équine/RAO, qui est maintenant connu sous le nom d'asthme équin.

Alors, quel est le risque pour la santé respiratoire humaine d'être dans l'environnement du box ? Il y a en fait relativement peu d'études sur ceci. En 2000, j'ai collaboré dans un certain nombre de projets respiratoires équins avec le groupe de l'école vétérinaire de Bristol, y compris les vétérinaires équins spécialiste des maladies respiratoires, Danny Preedy et Sam Franklin. Grâce à eux, j'ai rencontré le physiologiste respiratoire humain Adrian Kendrick de l'unité des maladies pulmonaires professionnelles de l'Université de Bristol et le clinicien de la respiration humaine Nabil Jarad du département de médecine respiratoire de l'infirmerie de Bristol Royal. Nous étions tous ensemble intéressés par l'impact possible de l'environnement des boxes et nous avons entrepris la première étude pour autant que je sache sur la santé respiratoire du personnel d'écuries; essentiellement ce que l'on appelle maladie professionnelle (maladie acquise à la suite de votre travail ou de votre profession).

Nous avons visité sept écuries différentes et enregistré l'historique de 71 personnes âgées de 17 à 61 ans suivie par des mesures de la fonction pulmonaire.  Parmi eux, 36 étaient des fumeurs réguliers et avaient travaillé avec des chevaux entre 1 et 46 ans.  Les symptômes respiratoires inclus: une respiration sifflante, de la toux, l'essoufflement, congestion nasal, écoulement nasal et les yeux qui démangent. 23% des symptômes rapportés sont directement liés à leur travail. Cette étude a suggéré que 1 employé sur 4 du personnel d'écurie a des symptômes liés à l'activité professionnelle et que 1 sur 3 a une fonction anormale des voies respiratoire. L'étude a été présentée lors de la conférence de l'American Thoracic Society à Seattle aux États-Unis. Malheureusement, nous n'avons pas été en mesure d'obtenir d'autres résultats pour poursuivre cette recherche.

Plus récemment (2009) un groupe en Suède a étudié 13 employés d'écuries en hiver, en été et l'hiver suivant. Ils ont trouvé plus de poussière en hiver, vraisemblablement parce que la ventilation était moindre en raison de la fermeture des portes et fenêtres, mais les concentrations de toxines bactériennes (endotoxine) étaient plus élevés en été. Deux employés ont montré des signes d'obstruction des voies respiratoires, une inflammation accrue liée à une allergie, un rhume ou un tabagisme et ont rapporté des symptômes partiellement liés au travail. De plus, deux autres employés ont signalé des symptômes respiratoires liés au travail. Ils ont conclu que «Une meilleure gestion du climat du box sera bénéfique pour la santé des employés et des chevaux".

Un autre facteur à considérer en ce qui concerne la santé respiratoire humaine et l'environnement du box est que le cheval produit une protéine dans la sueur appelée latherine. Cette protéine peut être inhalée en minuscules gouttelettes ou comme une poussière sèche de la sueur séchée sur le poil. Ce n'est pas rare de trouver des gens qui y sont allergiques. Cependant, le fait d'être une protéine produite par les chevaux ne présente aucun risque d'allergie pour les chevaux.

De nombreux facteurs différents détermineront le risque de développer des problèmes respiratoires résultant d'une exposition aux chevaux et à l'environnement du box. Ceux-ci incluront la prédisposition génétique, la quantité de type de «poussière» présente et combien d'heures par jour et par semaine nous nous trouvons dans l'écurie. Cependant, il est possible que les personnes exposées à des écuries à faible qualité de l'air auront un risque important de développer des maladies respiratoires chroniques comme l'asthme, et cela deviendra plus apparent à l'avenir.

Il y a quelques années, Horse & Hound présentait une publication du premier avril montrant des enfants brossant et manipulant des chevaux en portant des masques antipoussière ! Basé sur des connaissances plus récentes, cela peut maintenant être considéré comme quelque peu ironique.

Elfman L, Riihimäki M, Pringle j et Wålinder R. J (2009) influence de l'environnement stable du cheval sur les voies respiratoires humaines; Occup med Toxicol. 25; 4:10, 1-7. 

Carte de France
Entreprise basée
dans la Manche
SAS A Cheval
Les Hauts Vents
50800 La Trinité
02 33 58 98 45
Formulaire